Série en technique mixte sur papier, inspirée par une muse aux allures de succube, qui me rappelle les derniers vers de "La Beauté" de Baudelaire :

 

Les poètes, devant mes grandes attitudes,

Que j'ai l'air d'emprunter aux plus fiers monuments,

Consumeront leurs jours en d'austères études ;

 

Car j'ai, pour fasciner ces dociles amants,

De purs miroirs qui font toutes choses plus belles :

Mes yeux, mes larges yeux aux clartés éternelles !

  

Cliquez sur les images pour les agrandir.